stress et burn-out parental

Des solutions existent

La fatigue des mères existent depuis la nuit des temps, nous sommes d’accord. Pourtant, la génération des mamans que nous sommes a vu sa tache se complexifier drastiquement durant le 21ème siècle sous l’influence de multiples facteurs.

Jamais par le passé, être « une bonne mère » n’a autant exigé des femmes, ne les a autant soumis au regard des autres et exposés à la critique et aux jugements (et en 1er lieu à notre propre critique et jugement).

Être parfois fatigué : d’accord ! En avoir marre de temps en temps : d’accord aussi ! La parentalité est une forme d’abnégation de soi et les besoins de nos enfants ne nous demandent pas si dans l’instant présent nous avons l’énergie suffisante et l’envie. Mais être épuisé et sacrifié sur l’autel de la mère parfaite : non !

Le burn-out parental est un syndrome d’épuisement ( et non pas de dépression) qui s’exprime dans la parentalité et prend naissance via une multitudes de facteurs liés à soi et à son environnement.

je suis stresse

Du stress parental au burn out parental :

quelques signes d’alertes et d’évolution

A l’étape du stress :

  • augmentation de l’irritabilité et des colères
  • prise de poids
  • sommeil : qui ne devient plus assez réparateur, difficulté à s’endormir, insomnies
  • perte de concentration et troubles de la mémoire
  • augmentation des conflits et reproches dans le couple
  • agitation, sentiment de courir après le temps
  • peurs pour son enfant, envie de donner le meilleur

Au point du burn out :

  • une distanciation émotionnelle : on ne prend plus soin de la même manière, on devient cynique, on ne réagis plus aussi vite, on ne rassure plus et on ne réconforte plus comme avant, on commence à se désinvestir.
  • une perte de plaisir à être parent : on n’arrive plus à créer des moments de qualité, on n’en n’a même plus envie d’en créer, on ne voit plus que les contraintes à être parent, on est en mode pilotage automatique.
  • Un contraste entre le parent qu’on est devenu et celui qu’on était : Dans ce contraste il y a beaucoup de honte et de culpabilité et donc souvent un isolement de ce que l’on vit et ressent. Ce qui fait se sentir encore plus seule dans sa galère
  • Et l’épuisement : se sentir vidé de sa force et de son énergie, épuisé avant même de poser un pied par terre, le moindre geste devient couteux. Rien que de pense à la journée qui nous attend nous fatigue.

Les comportements, risques et dommages collatéraux sont en réalités bien plus nombreux mais ceux ci représentent les grandes lignes.

Au stade du dépassement du burn out :

  • depression
  • idée suicidaire

Chaque parent ne vivra pas un burn-out parental. Quelle est la différence entre ceux qui vont le vivre, ceux qui ne vont pas le vivre et comment le prévenir ?

Je suis certifiée en accompagnement parental par la training institute for parental burn-out présidé par le Pr Roskam et le Pr Mikolajczak, autrices de plusieurs ouvrages sur le sujet et référentes dans le domaine du burn-out parental. Riche de leurs transmissions et de mes bagages de praticienne en hypnose , voilà ce que vous pouvez attendre de mon accompagnement :

Une écoute active et une considération inconditionnelle :

  • au delà de votre sentiment de honte à ne pas ou plus réussir à être le parent idéal que vous aviez fantasmé,
  • au delà de la culpabilité à ressentir ce que vous ressentez …
  • je vous accueille pleinement : ni juge, ni prêtresse, ni moralisatrice ; je veux vous laisser dire ce qui vous paraît inaudible et inavouable à vos proches, justement parce que je ne suis PAS ce proche. C’est cette proximité de soutien et d’allié à la juste distance, ni trop proche ni trop loin, qui rend possible ce qui est impossible chez soi. Vider son sac de petites et grandes pierres de peines, de rage, d’impuissance, de reproches, de rancœurs, de solitude…. sans abîmer ceux qu’on aime, sans conséquences familiales dramatiques…

Toute mon empathie :

Je vous jure que parfois moi aussi je veux acheter le silence, l’espace, la liberté, la tran-qui-li-té ! …mais je sais aussi une chose : c’est la manière d’être en lien à la parentalité qui crée le passage du stress parental au burn out, des enfants rêvés et tant aimés, aux petits tyrans ingrats.

La prise en compte de votre besoin parental prioritaire :

ETRE UN BON PARENT POUR VOS ENFANTS.

Je sais que c’est votre besoin n°1. C’est tout à votre honneur, je le comprends, je le respecte, et rien de ce qu’on ne fera ne viendra toucher à cette valeur. C’est ma promesse.

Ce que vous ne pouvez pas attendre de mon accompagnement :

  • que je change votre partenaire de vie
  • que je change vos enfants
  • que ça change sans que vous ne changiez rien 
  • un coup de baguette magique qui fait que tout change en fermant les yeux 1h
  • que je vous dise ce que vous devez faire et ne pas faire

4 grands pôles lorsque je vous accompagne à plus de quiétude dans votre parentalité :

  • la libération émotionnelle
  • les métamorphoses
  • les changements de perception
  • les recadrages

vous pensez être concerné et avoir besoin d’aide ? Avant toute chose commencez par ce test, il vous aidera à vous situer dans votre état de stress parental.

dessin de Nathalie JOMARD