mieux être au travail

Votre  épuisement : votre plus belle opportunité.

Derrière ce titre provocateur, une idée: si vous n’étiez pas tombé malade, vous seriez probablement mort. Mort d’épuisement.

Je vous l’affirme, cet épuisement peut être autre chose qu’un point de chute. Il peut être un point de départ. Un départ vers autre chose. Il peut être votre chance pour rediriger votre vie vers un endroit qui vous convient mieux. Et il peut vous changer. Il y a quelque chose à apprendre de cette expérience. Souhaiter de toutes ces forces l’oublier n’a aucun sens. Déjà, vous ne pouvez pas. Mais en plus comment feriez-vous pour ne pas retomber dans ce même piège dans quelques années si vous n’avez pas eu l’occasion d’apprendre ? Vous avez donc tout intérêt à vous en souvenir pour savoir l’utiliser.

Pour la plupart des personnes le point de rupture a été précédé d’un long chemin. Vous êtes arrivé ici pour plusieurs raisons. Et la première c’est que si votre corps et votre esprit n’avaient pas craqué, alors vous seriez  encore en train de subir. Car la vérité c’est que vous n’avez pas été capable d’arrêter par vous-même.

Vous n’avez pas su reconnaitre et respecter les limites. Les limites du raisonnable, les limites du corps, les limites du cœur, les limites de l’entendable. Vous avez mis votre masque de super héros-super conciliant-super compétent et telle une mule vous avez avancé ! Vous aviez pleins de très bonnes-mauvaises raisons pour le faire. Peut-être parce que vous aimiez vraiment ce que vous faisiez. Peut-être par peur de perdre votre travail. Peut-être par honte. Peut-être par peur que l’on ne vous pense pas à la hauteur. Peut-être parce que vous aviez besoin de vous prouver quelque choses. Peut-être parce que vous avez été victime de harcèlement. On n’accepte pas de se tuer à la tâche sans raisons.

Petit à petit le cœur est devenu triste et fatigué, vous étiez angoissé, les insomnies se sont invitées, la perte d’appétit aussi. Vous avez glissé lentement mais surement vers l’épuisement professionnel. Et la dépression ? Pour quelle reconnaissance? La plupart du temps vos efforts n’étaient pas suffisants, vous êtes-vous senti dévalorisé, humilié ? Alors vous en avez fait encore plus.

Après la descente et le point  de rupture, il y a eu l’arrêt maladie. Est-ce encore le cas ? Ce moment où vous vous retrouvez du jour au lendemain chez vous. Ou à l’hôpital. Mais ça ne résous pas votre problème. Vous avez la sensation d’avoir été passé au tamis ou au rouleau compresseur. Vous êtes vide d’énergie, d’espoir, de volonté. Vous êtes rincé.

je suis en depression

Et à un moment donné ; rapidement ou un peu plus tard ; vous  cherchez à vous en sortir. Ou bien ce sont vos proches qui cherchent comment vous aider à vous relever. Il y a pleins de très bon professionnels pour ça, pleins de forums, pleins d’assos. Et puis si vous êtes en train de me lire, vous vous êtes dit « tiens et l’hypnose ? »

Et oui, l’hypnose. Après tout pourquoi pas ?

Alors en quoi je peux vous aider ? Pleins de pistes ! En faîtes autant de pistes  qu’il y a de personnes épuisées. Vous n’êtes pas votre épuisement. IL y a vous. Et l’épuisement. On distingue les deux. On va s’intéresser à ce qui a fait que vous n’avez pas su mettre des limites, on va faire des deuils, on va bosser la confiance en soi et l’estime de soi, on va s’atteler à retrouver des envies et de l’énergie, on va transformer ce qu’on a appris de cette expérience, on va se pencher sur la notion de plaisir dans la vie. Et tellement d’autres choses possibles encore. Ça se fera avec qui vous êtes.

Mais on va le faire ! Avec tout notre énergie commune.

« Tomber est humain,

Et se relever est divin ».

Allez, on fait la dernière grosse étape ensemble et vous passez à autre chose ? Je vous attends.